Quand un cinéma d'art et d'essai organise la nuit blanche de l'horreur, on ne peut tout simplement pas manquer ça. 5 films, tous différents, toute une nuit d'horreur entrecoupé par un bon nanard pour laisser gentillement roupiller ceux qui le veulent.

Le CRAC, cinéma d'art et d'essai de ma ville (Valence), en grande partie payé par des subventions et autre, cinéma de référence pour les classes de cinéma audiovisuel du lycée Camille Vernet, organise une nuit de l'horreur. ça se fête ! Surtout que c'est en VO... La promesse de voir des films d'horreur plus ou moins connus sur grand écran en présence de vrai cinéphiles en VO pendant toute une nuit forcément ça attire.

Retour sur une nuit blanche de l'horreur et de chaque film (si j'ai la motivation je ferait de vrais critiques sur chacun d'entre eux).

le_village_des_damn_s On commence léger, un film mineur d'un cinéaste majeur, à savoir le remake de "Le village des damnés" de John Carpenter. Sympathique, bien réalisé, efficace. Le sommeil ne vient pas, on est pris dans le film du début jusqu'à la fin, on ris, on sourit. Mouais. Je me demande quand même ce que ce film est venue faire ici. C'est plus du fantastique que de l'horreur, enfin surtout comparé aux autres films.

carriePour le deuxième, adaptation d'un écrivain maître de l'horreur (euh...devinez !) réalisé par maître du cinéma, Brian De Palma. Oui enfin je l'avais déjà vu sur ARTE pendant leur période Stephen King. Je le regarde, me marre un bon coup devant la mode d'avant et la tête de Travolta, en profite pour faire une petite frayeur à ma soeur à la fin (ceux qui l'ont vu comprendront) et voilà.














Là, le sommeil commence quand même sérieux à me gagner. Ma soeur me supplie pour que l'on parte à 4h, soit avant le dernier film que je voulait lui montrer. On bois un peu de thé, on valide nos tickets pour le film suivant et c'est repartis.

plan_91Ouf ! Temps mort ! Même si les deux premiers films ne faisaient pas particulièrement peur (pas du tout en fait) ça fait du bien d'alléger quelque peu l'ambiance. Un bon petit nanard s'impose. ça tombe bien, je suit crevé. Je commence à regarder le film, faux raccords, dialogues pourries, effets spéciaux "fait maison", costume ridicule et je ne parle même pas de ses décors et de son scénario. Ma soeur m'a dis du grand bien du film qui suit et je ne veux pas rater le dernier. Je branche mon iPod et met l'album "protection" de Massive Attack. C'est calme, cool, je m'endors avant la fin de la deuxième chanson pour me réveiller le film fini les lumières rallumées. Mais comme entre les films ils passent des musiques de films d'horreur et que l'album est terminé, je met un peu de temps à comprendre que la musique que j'entend ça n'est pas du Massive Attack et que le film est terminé. En tout cas ça m'a permis de récupérer un brin. Mieux ! Je n'ai pas mal au cou ! Faut croire que c'est étudier pour pouvoir dormir sur deux sièges. Enfin bon.







mayPremier plan : une femme devant son miroir l'oeil gauche en sang, sa main sur son oeil, crie un cri d'une force énorme. ça met tout de suite dans le bain et ça réveille. Ma soeur ne m'avait pas mentis, May est un petit bijoux, mais je reviendrait dans un autre article sur le film en lui-même.
















ça y est, il est 4h, ma soeur veux partir, mais moi je veux absolument voir le dernier film. "mais tu l'as déjà vu !" me répète-t-elle, "oui mais pas au ciné" lui rétorquais-je. Tant pis. Elle a un train à prendre et ne souhaite pas être trop, fatigué et grognon pendant le week-end où elle peux (enfin) voir son mec. Et elle prend la sage décision de rentrer...seule. Tant pis, je verrais le dernier film tout seul.

massacre___la_tron_onneuseMassacre à la tronçonneuse le remake. Dommage j'avais pas vu l'original mais lui je l'avais vu. Une expérience traumatisante d'ailleurs, seul dans un appartement vide à 22h après avoir maté Predator et Resident Evil (ce dernier en accéléré car comme vous le savez ô combien intéressant...). J'avais eu une peur incroyable. Peur qui ne m'a quittée que le lendemain. Mais bon passons. Je suit donc seul et je vais dans la salle. J'écoute tranquillement de la musique, les rideaux s'ouvrent (des rideaux masquent l'écran quand il n'y a pas de film histoire de se la péter un peu), je débranche mon cher baladeur et le range. Le film commence "quand les policiers..." Noooooooooooooooooooooooooon !!!!!!!!!!!! Bordel de merde c'est de la VF !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J'avais vu la VO (forcément en DVD...) qui était excellente. Bon tant pis. De toute façon seul là comme ça ça me dis pas grand chose. Je décide donc d'avance de ne pas rentrer dans le film mais d'en faire l'analyse détaillé de la réalisation et du montage. De toute façon avec cette VF on n'a pas tellement de choix. En fait cette histoire VO/VF est une grande histoire. Certains navets irregardables en VF se laissent regarder en VO comme... euh les resident evil ? Oui mais pas quand on veux voir massacre à la tronçonneuse après alors. ça enlève un côté artificiel du film. Par contre pour d'autre ça change rien. Dans Troie de Wolfgang Petersen Brad Pitt joue toujours aussi mal, y a pas de problème. Bon bref je regarde le film tranquillement. Je n'aurais d'ailleurs jamais cru possible de le regarder en ne sursautant que deux ou trois fois simplement parce-que je ne me rappelllais plus de petits détails. Bon bref. Le film finis, je sort de la salle.

Petit déjeuner, "mais que va-t-il y avoir ...?" me demandais-je. Des croissants et... c'est tout. Enfin il y a toujours le thé et le café de toute la nuit mais bon ça compte pas. Je m'engloutis deux croissants (avant de me goinffrer comme il se doit à mon retour dans le "home sweet home") et part l'âme du cinéphil sereine. Je croise quelques âmes égarés (il est 6h du matin et il fait jour). Je rentre, me fait une petite toilette et me mate les deux derniers épisodes de smallville que j'avais enregistré.