S'il est une saga qui a marqué à jamais le monde de la science fiction, du fantastique et de l'horreur réunis, c'est bien la saga Alien.

De toute l'histoire du cinéma, rarement une saga a été aussi riche. D'une traque à la bête dans une atmosphère flippante on est passé à une mission de sauvetage qui vire au désastre façon vietnam puis un univers de cinglé où la bête était comparé au diable pour finir sur un film d'action emprunt d'une touche d'humour noir.

Dans le premier, Ridley Scott dévelopait une histoire longue, lente. Nous donnait des personnages ayant une vraie perosnnalité (il a même avoué s'être inspiré de Massacre à la tronçonneuse dans le dévelloppement de chaque personnage) et parvenait à nous faire craindre au plus haut point chaque conduit d'aération. L'alien, l'"inconnue", l'"étranger", la "chose" là qui rampe dans nos conduits d'aération. La peur, la suggestion, le "je ne vois rien mais je sais que ça arrive" repris par ailleurs à outrance dans le 2, bref, que des trucs nouveaux qui foutent bien les jetons.
Dans sa suite, sobrement intitulé Aliens : le retour (notez le "s" à "aliens" qui indique qu'il y a plusieurs alien) James Cameron changea l'ambiance claustrophobique pour une ambiance opération commando (opération militaire oblige) qui se vautré méchemment façon Vietnam. En gros ils sont arrivés là-bas avec de gros trucs bien sophistiqués et se sont fait avoir comme des débutants en tombant dans le premier piège venue. D'ailleurs c'est la grande différence entre le premier et le second volet des ALIEN. Ici on n'a pas un seul alien et des armes toutes pourries, mais bien des tonnes d'aliens et des armes ben pas pourries du tout. En gros ici on déscend de l'alien à la douzaine, et surtout, on met pas une heure pour faire la connaissance avec l'individu en question et deux heures pour le tuer. Bref de l'action, du stress et au final beaucoup de morts pour ce que certains qualifieront de meilleur film de la saga. Mouais, il ets bien mais delà à dire le meilleur... De toute façon il est impossible d'en choisir un tant ils sont tous différents. Avec le volet suivant, David Fincher ramenait la créature dans une prison abandonnée remplies d'ex-tolards ne tenant que par une religion des plus zarb et n'ayant pas vu de femmes depuis... eh bien depuis qu'ils en avaient violé une, ça date... Donc forcément l'irruption d'une femme (Ripley donc, ah non pas donc ? mince j'ai oublié de la cité ! bon tant pis j'ai la flemme de tout réécrire) ne va pas laisser indifférent leurs petites têtes chamboulés. Cet épisode est donc celui tant haïs par monsieur Cameron qui à force d'avoir entendue qu'il était le meilleur réalisateur du monde et que son aliens : le retour était le meilleur alien avais un peu pris la grosse tête. "oui euh vous avez tué les personnages que j'avais mis en place euh tout ça quoi voilà" Soit. Enfin un alien 3 avec un ancien soldat et une petite fille traumatisée à vie je demande à voir. De toute façon la question ne se pose même pas puisque les alien c'est le cauchemard de Ripley et de personne d'autre. Et toc ! va donc retourner à tes profondeurs abyssales saleté de gros prétentieux, barbus qui plus est ! Bon reprenons notre calme et continuons. Ici l'alien fut transformé pour des raisons scénaristiques. Plus rapides ? Ouah quelle incohérence... non sérieusement il ne sort même pas d'un ventre humain d'une sorte de vache... (et non je ne regarde pas la vie paysanne chacun son truc) Bref ici l'alien est comparé à une sorte de diable, et la seule façon ici de s'en débarassé c'est le grand saut dans un bain un peu tiède pour la plus toute jeune Ripley (eh oui avec toutes ces hibernations elle en affiche au compteur la pauvre !). On a aussi droit au bon dévelloppement du truc déjà dévelloppé dans les deux premiers films sauf qu'ici c'est encore plus dévelloppé. Quoi ? ah oui pardon ! La commercialité de l'alien donc. Eh oui c'est vrai, qu'est-ce qu'on peut faire avec un alien... de toute manière les scientifiques nous ont toujours montrés dans l'histoire se foutre éperdument de la vie des gens tant qu'ils pouvaient analyser un poil de cul d'un tigre du bengale (je sait, mauvais exemple mais bon).
Maintenant pour clore cette magnifique tétralogie (une série de 4 films donc) mr Jeunet nous a pondu le quatrième - et dernier -volet de cette merveilleuse saga. Moins personnel que les autres (pas écrit par le réal quoi) il n'en reste pas moins un exellent film. La seule petite déception viens du côté de la bête hybride à la fin. Si les clones de Ripley avec un côté alien était une trouvaille de génie, l'autre  immonde créature tenait plus du clown que de l'alien et suffisait presque à plomber tout le film. Mais bon on lui pardonnera en raison de l'immonde et ô combien triste scène où elle se fait purement et simplement aspirée dans l'espace, jetant un dernier coup d'oeil à sa mère véritable, j'ai nommé clone n°7 de Mrs Helen Ripley.

Une saga magnifique, énorme, moumentale, culte tout simplement.

Alien : le huitième passager
film britannique, américain / 1979
réalisateur : Ridley Scott
avec : Sigourney Weaver , Tom Skerritt , Ian Holm

Aliens le retour
film britannique, américain / 1986
réalisateur : James Cameron
avec : Sigourney Weaver , Lance Henriksen , Bill Paxton

Alien³
film américain / 1992
réalisateur : David Fincher
avec : Sigourney Weaver , Lance Henriksen , Charles S. Dutton 

Alien, la résurrection
film américain / 1997
réalisateur : Jean-Pierre Jeunet
avec : Sigourney Weaver , Winona Ryder , Dominique Pinon