platoonSi Platoon est entré dans l'hisotire du cinéma comme un film choc ça n'est pas pour rien. En effet, il fut l'un des premiers à montrer la véritable horreur du Vietnam, le filmant avec un rythme du documentaire. C'est aussi l'un des premiers films à se montrer aussi réaliste dans son traitement des combats et surtout des blessés. Ici les soldats cramés, blessés, amputés et autre sont légions, de même que les cris de douleur.
Si certains pourraient prétendre que ce film n'est qu'un amas de connerie censés être choquante et surtout pas réaliste pour un (ou deux ?) sous, le simple fait que Oliver Stone (réalisateur du film donc) se serve de sa propre expérience du Vietnam (il l'a fait le bougre) rend bien délicate toute tentative de discréditation du film.
Platoon pars donc du pied du réalisme, de l'authenticité (pas comme S.. euh bon je me tais).
Les premières images sont éloquentes. Un aéroport sous un déluge de sable, un avion atterit, et notre personnage principal (remarquez je n'ai pas dis protagoniste ah trop tard me suit encore fait avoir !) sort de l'avion, trimbalant son innocence et sa naïveté qui se cogne (très) durement avec le contraste des sacs noirs transportant les cadavres du front et les "anciens" rentrant chez eux (ou pas on ne sait pas) fortement amochés.
En s'attachant au côté humain de ses personnages, en filmant la descente aux enfer de Chris Taylor (Charlie Sheen) dans la folie et la démence (enfin pas trop quand même), Oliver Stone nous sert un exemple parfait du Vietnam. "la première victime de la guerre est l'innocence" slogan du film ("le premier STR sur la guerre du Vietnam" slogan du jeu vidéo qui m'a bien fait marrer). Une phrase un peu choc qui illustre pourtant à merveille le film.
Oliver Stone ne filme pas des batailles mais des hommes, des soldats perdu dans un merdier sans nom, où les petites histoires entre les hommes passent avant les plans d'attaque des vietcongs.
Un film poignant et émouvant sur l'innocence perdue du Vietnam, véritable hommage, ne cédant jamais au patriotisme exacerbé et abordant toujours d'un point de vue éclairé, lorsqu'il en est question, l'interventionnisme américain dans le monde.