starship_troopersCertains disent que le reflet de la société se vois dans les criminels qu'elle créé. Mais si le reflet de la société se trouve dans l'armée alors on peut dire que la société où se déroule Starship Troopers est une société parfaite. Une société où n'importe quelle femme peut devenir la meilleure sans problème, où les petits brésiliens peuvent devenirs des héros de l'armée internationale de la Terre, bref, un monde parfait où le racisme, le sexisme et autre discriminations sont bannis à jamais. Pourtant ce monde est attaqué par des insectes très méchant qui veulent détruire la Terre et ses habitants avec, pas cool.
La première scène de Starship Troopers annonce la couleur : un reportage (point de vue caméra TV odnc) sur la première offensive de la première vague de la planète principale des méchants insectes, le reporter se faisant gentillement découpé pendant que tous les soldats battent en retraite. En clair : de l'humour, du gore, et de l'héroïsme bien américain. Pourtant Starship Troopers est loin d'être seulement ça. En effet, sous cette épaisse couche de fond de teint de gros blockbuster de divertissement se cache une critique acerbe de la société américaine, et de son culte de l'armée et des armes. Dès le premiers spot télévisé (plusieurs ponctuent ainsi le film) la critique se fait sentir, et ça n'arrêtera pas, jusqu'au dernier plan du film. Pour vous donner une idée, seuls ceux ayant fait leur service militaire sont considérés comme des citoyens (et donc peuvent se lancer dans la politique).
Pour cacher tout ça, Paul Verhoeven parodie les sitcoms américains, et on sent qu'il s'est bien éclaté tant le film les copie à l'extrême. On a donc les trois amis (un médium, une matheuse et un cancre) sortant de l'école partant s'engager. La matheuse et le cancre sont ensemble (évidemment ils font des bétises en classe dans le dos du prof), mais une autre fille ets là visiblement très amoureuse du cancre. Tout ça dans un douzième degrès à mourir de rire tant tout est exagéré. C'est simple rien qu'à y repensé j'ai les larmes aux yeux.
Les acteurs jouent, malgrès les apparences, sur une perfection extrême, parodiant donc les sitcoms. Il n'y a qu'à voir SPOILER la scène où la rousse (on s'en fous de leurs noms) meurt pour s'en rendre compte, rarement une scène aura été aussi ridicule FIN DU SPOILER
Mais là où le film fait très fort, c'est dans ses scènes de bataille d'une intensité tout bonnement incroyable. D'ailleurs quoi qu'en dise les effets spéciaux on très bien vieillis. On retiendra surtout la légendaire attaque du fort qui reste comme l'une des plus grande, intense et impressionante scène de bataille de tous les temps.

Une critique acerbe d'une société immonde sur fond de blockbuster ne lésinant à nul moment sur le gore (et le sexe ? sacré Verhoeven !), c'est l'éclate totale et on obtient l'un des films de SF le plus jouissif de tous les temps.