le_cauchemar_de_darwinA l'inverse de Michael Moore qui se met en scène pour montrer un côté humain de la chose en montrant bien précisément de quel côté il est, Hubert Sauper ne se montre jamais, et surtout ne montre jamais la moindre petite parcelle d'humanité, posant ses questions avec froideur, filmant le plus crade, le plus sale, le plus dérangeant. A aucun moment ne lui viens à l'idée de poser sa caméra, comme lorsqu'il repasse aux amis d'une personne fraîchement tuée toutes les vidéos qu'il a d'elle, filmant sans concession, sans chichi, il filme et c'est tout.
Le film est un véritable coup de poing dans la gueule pour nous tous occidentaux riches que nous sommes. Voir ces gens si pauvres, si misérables (la scène du riz est très forte et très dérangeante).
On s'étonne de tout, de ces interviews si iréelles, comme cet homme souhaitant la guerre pour pouvoir s'enrôler dans l'armée et avoir un job mieux payé (seule scène du film où le réalisateur montre un peu de sentiments d'ailleurs).
Tous les thèmes sont traités, la guerre, le sida, la pauvreté, la mal-nutrition, la prostitution, la drogue (voir les gamins de 9 ans agir comme des vrais camés est une image qui restera à jamais gravée dans ma mémoire). Le film dénonce sans jamais prendre part, nous laissant choisir notre côté et c'est probablement ce qui rend le film aussi dérangeant. Voir un prêtre dire qu'il ne peut pas conseiller le préservatif alors que 10 à 15 personnes meurent du sida chaque mois dans son "secteur" ne laisse pas de marbre.
Un véritable film choc sur la connerie humaine, neutre, froid, inexpressif, à l'image de notre civilisation, impassible...