cin__interdite"Wu xia pan pour bobo", selon la formule de Mad. En gros : Zhang Yimou se contente de mettre en avant son talent d'illustrateur en se moquant un peu du reste. C'était le cas de son dernier film - Le secret des poignards volants - et ça n'est pas le cas ici : ouf !
Pour autant le film n'est pas forcément une réussite totale, à commencer par son dernier tiers, dont la lourdeur vient plomber tout le film qui s'en sortait pourtant plutôt bien jusque là.
Loin d'être une grande épopée, La cité interdite ressemble plus à un huis-clos, et c'est d'ailleurs l'aspect du film le plus réussi. Dommage qu'entre tous ça, Zhang Yimou n'ait pas résisté à la tentation de nous ressortir ses éternelles combats ultra-graphiques, qui paraissent bien fade par rapport aux séquences de comédie, séquences qu'une vraie tension habite.
Reste alors un premier tiers fascinant, des acteurs superbes (Gong Li et Chow Yun-Fat imposent le respect), une direction artistique moins lourde que prévue (et totalement en accord avec l'aspect pourri jusqu'à l'os du pour décrit dans le film) et quelques moments très fort (dont SPOILER lorsqu'on se rend compte que la garde impériale ne pourra pas gagner FIN SPOILER).
Un petit mot sur l'orgie de soldats et d'armées à la fin, totalement gâchée par la nature numérique évidente de tous les (petits, c'est le cas de le dire) soldats. Dommage, car en soit cette séquence est bourrée de bonnes idées.
Pour résumer : bien mais pas top.