hellphoneHellphone c'est le projet sorti un peu de nul part, et qui, à son annonce, a divisé à peu près tout le monde. D'un côté les anti, parce-que tête à claque des choristes, parce-que James " Brice" Huth, et de l'autre les pro, parce-que genre made in France et parce-que James "Serial Lover" Huth. Inutile de souligner par ailleurs la "surprise" de voir tous ceux qui passent leur temps à critiquer l'absence de genre et projet un brin couillu en France cracher sur ce film pour une raison ou pour une autre, le qualifiant de film "interdit au plus de 12 ans", de stupidité, et j'en passe, sans bien sûr (le contraire eut été étonnant) l'avoir vu (pendant qu'ils critiquaient ceux qui descendaient Happy Feet sans l'avoir vu [ne vous méprenez pas je l'ai vu et adoré], il est décidément bien plus ardu de voir la poutre dans son oeil que la poussière dans celui de son voisin, mais passons).
    Hellphone, c'est un film éminamment sympathique. Sympathique parce-que malgré ses maladresses, le film s'efforce constemment d'accélérer le rythme, de proposer de nouvelles idées, des rebondissements plus loufoques les un que les autre, le tout dans le but éminamment respectable de faire passer un bon moment au spectateur, ce qu'il réussit, et avec brio.
    Maîtrise technique excellente, rythme supra-soutenue, rebondissements en pagailles, clin d'oeils toujours sympathiques (de Christine à Zombie en passant par Cujo et Massacre à la tronçonneuse), seule ombre au tableau, l'interprétation de certains acteurs du film. Alors non ils ne sont pas tous mauvais (loin de là même) et certains nous réservent de sacrés moments (voir le prof de maths, probablement le plus réussie du film), mais voir Jennifer Decker se contenter de nous resservir le même sourire timide/mignon tout le long du film (le même que dans Flyboys,voir quelques critiques plus bas) c'est un peu lassant. Quant à Jean-Baptiste "tête à claque" Maunier, j'ai beau vouloir être le plus objectif possible, non. Le voir déclamer fièrement du haut de ses 15 ans, "j'ai 17 ans !" fait partie de ces (rares) moments où le film perd toute crédibilité.
    Bonne surprise par contre en la personne de Benjamin Jungers, auquel les airs d'Ewan McGregor confèrent une sympathie immédiate. benjamin_jungers

Bref, malgré quelques défauts, un début un poil molasson, des acteurs pas au top niveau interprétant des personnages pas les mieux écrit du monde, Hellphone constitue une vraie bonne surprise, un film rythmé, énergique, réjouissant, fun à souhait et dont on ressort avec la banane.