14 janvier 2007

Hop hop hop, c'est la nouvelle année

Oui bon je sais, moi quand je fête la nouvelle année c'est toujours avec du retard (et non, le fait que je me suis fait l'intégrale de south park à la suite n'a rien à voir avec ça, merci). Casino RoyaleAh ben je l'attendais de pied ferme celui-là, et tellement de pied ferme qu'il m'était totalement impossible pour moi de penser un seul instant que je puisse être déçu, tellement sûr que j'étais que le film remplirait son contrat de divertissement et de renouveau de la série. Eh ben pour le coup, je dis non (à la transpiration,... [Lire la suite]
Posté par dubob à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2006

Le prestige

Christopher Nolan est décidément un petit plaisantin qui n'aime rien tant que jouer sur les apparences pour manipuler son spectateur. Mais loin de n'être qu'un simple « outil à suspense » pour laisser le spectateur sur son séant, Nolan exploite ces thèmes comme un vrai auteur, il les aborde, les décrit, les ausculte et les manipule (tiens tiens) dans tous les sens pour en tirer le maximum. Dans sa filmographie (ne contenant aucun mauvais film, c'est assez rare pour être signalé) Nolan a abordé ces thèmes à chaque fois sous diverses... [Lire la suite]
Posté par dubob à 15:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 novembre 2006

Parce-qu'une vie sans cinéma...

...c'est comme un verre d'absinthe sans sucre. Le concile de Pierre Bon, outre le fait que je me suis gelé pendant les ¾ du film parce-que le réalisateur passe son temps à nous montrer des gens cracher de la fumée, que le chauffage de la salle ne marchait pas et que j'étais trempé du fait de mes 15 minutes de marche sous une pluie battante (et sans parapluie, ah le con), eh ben j'ai pas super aimé, mais pas que. Le film a pour lui des qualités (des scènes fortes, un refus de la happy-end bateau, une certaine ambition, une bonne... [Lire la suite]
Posté par dubob à 15:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 novembre 2006

Babel

J'avais beaucoup aimé Amours Chiennes et 21 grammes, et voyant la bande-annonce super alléchante, inutile de dire que je l'attendais de pied ferme celui-là. Enfin de pied ferme... c'est vite dit mais j'en attendait quelque chose quoi. Plus que ce à quoi j'ai eu droit en tout cas. Bon, soyons tout de suite clair, je ne suis pas de ces personnes qui se disent que Babel c'est nul vu que la narration est plus linéaire que celle de 21 grammes ou d'Amour chiennes (bon d'accord j'en connais aucun qui dit ça mais c'est pour me sentir moins... [Lire la suite]
Posté par dubob à 15:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 novembre 2006

Mémoires de nos pères (Flags of our fathers) de Clint Eastwood - USA/2006

Entrons directement dans le vif : j'ai détesté ce film. Passé outre l'exercice de style de faire deux films pour montrer les deux points de vues différents d'un seul évènement (une première pour le film de guerre), Flags of our fathers est avant tout une réflexion sur l'imagerie et la propagande en temps de guerre. Là déjà, deux problèmes. D'abord, passé la première demie-heure dans laquelle les références "subtiles" (je mets entre guillemets parce-que faut quand même pas être con pour les voir) à la propagande et l'imagerie... [Lire la suite]
Posté par dubob à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2006

En vrac

Feast de John Gulager - USA/2005Marchant sur les traces de Une nuit en enfer (même principe, même ambitions, le tout remis au goût du jour), Feast s'impose sans problème comme l'une des séries B les plus jouissives du moment. Tout est fait ici pour le fun et pour le rythme, de la façon de présenter les personnages jusqu'à la toute toute fin, c'est du bon et c'est du gore. Visuellement sympathique, le film navigue entre la comédie et l'horreur, et en cela s'avère le parfait petit film du samedi soir. Bref, à voir. Crank de... [Lire la suite]
Posté par dubob à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2006

La peur au ventre (Running scared) de Wayne Kramer - USA/2005

Sorti en salle en catimini, Running Scared s'impose comme un polar hard-boiled noir et violent, sorte de descente aux enfers fonctionnant sur le principe toujours efficace du « quand j'arrive où t'étais t'as avancé de trois mètres » (comment ça je viens de l'inventer ce principe ? Il vous plaît pas peut-être ? Bon pour ceux qui auraient pas compris ça donne : A va chez X puis X l'envoie chez Y. Quand B, qui poursuit A arrive chez X et qu'il lui indique Y, A est déjà partie ailleurs (pas con le gars), et si vous avez toujours... [Lire la suite]
Posté par dubob à 21:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2006

Sex is zero (Saekjeuk shigong) de Je-gyun Yun (2002)

Présenté comme un American Pie coréen, Sex is zero se révèle rapidement être bien plus, provoquant les fous rires à tours de bras et impliquant émotionnellement comme rarement. Comme toute comédie coréenne ça commence par de la comédie et ça finit par du mélo. Seulement là où les autres ne s'embarassent pas de subtilité, Sex is zero nuance son propos à chaque moment. Que ce soit les moments de comédie intercoupés de petits détails sérieux (et tellement "vrai") ou les moments de sérieux intercoupés de petits détails... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 octobre 2006

Divers

Doom de Andrzej Bartkowiak - USA/2005Doom le jeu vidéo c'est de l'Histoire (avec un grand H), Doom le film c'est le petit truc insignifiant qu'on loue quand on n'a rien d'autre à foutre dans un moment de faiblesse. Pour résumer : c'est long, lent, chiant, mal filmé, mal joué, mal foutu et pas respectueux. Je me lancerais bien dans une petite analyse avec les moments bons/moments nuls et la photo (oui ça a à voir !) mais là j'ai la flemme. Rien à sauver donc..ah si ! Son (faux) plan-séquence qui procure une certaine jouissance,... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2006

Miami Vice

Miami Vice s'annonçait comme l'un des films les plus excitant de l'été, comme un pur rêve de cinéphile où l'un des meilleurs réalisateurs américains actuels (vous pouvez enlever au choix l'un des deux derniers mots), bénéficiant d'une liberté absolue et d'un budget digne de Jerry Bruckheimer aurait enfin fait exploser son art en nous livrant le pendant des années 2000 de To live and die in L.A.. Arrive la bande-annonce sur fond de Linkin Park. Si la BA est en soi mauvaise, elle nous laisse néanmoins augurer le meilleur pour le... [Lire la suite]
Posté par dubob à 11:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]