23 août 2005

Land of the dead

On le sait George A. Romero n’a plus à prouver grand-chose du côté du film de zombie. Il a ainsi marqué les années 60, 70 et 80 avec sa trilogie culte. Les années 90, quant à elles, ont faillis avoir une adaptation de Resident Evil, et vu la qualité du script (juste ici) on peut qu’être dégoûté par le choix (minable) de la société ayant les droits (d’autant que la société du JV se disait très emballé par le script de Romero). La première décennie du nouveau millénaire verra donc (a vue serait plus juste) Land of the... [Lire la suite]
Posté par dubob à 01:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 août 2005

L'effet papillon

Attention ! Pour parler de l'effet papillon il vaut mieux l'avoir vu, c'est pourquoi j'ai mis des éléments du film dans cette critique. Il ne sagit toutefois pas à proprement parler de spoiler, aucun véritable moment de l'histoire n'est révélé, et ne devrais pas beaucoup faire changer votre point de vue sur ce film. Néanmoins si vous voulez pleinement profiter de ce film, il est déconseillé de lire cette critique. Régulièrement un petit film devient la coqueluche de la critique et du public (principalement composé... [Lire la suite]
Posté par dubob à 21:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 août 2005

Les duellistes

Premier film de Ridley Scott, premier chef-d’œuvre du maître. L’histoire d’une querelle de deux officiers napoléoniens qui va s’étendre sur des années. Un film beau, grande fresque où se bagarrent deux âmes perdues. Une grande bataille ayant démarrée suite à un petit incident en ayant entraînée d’autre. Application de la théorie du chaos ? Bon peut-être pas, mais ça y ressemble. Keith Carradine et Harvey Keitel campent ces deux personnages avec une extrême justesse. Ridley Scott possédait déjà ce sens de l’esthétique qui... [Lire la suite]
Posté par dubob à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2005

La cité des enfants perdus

Avant de partir remplacer au pied lever Danny Boyle pour Alien : la résurrection, Jean-Pierre Jeunet travaillait avec un certains Marc Caro. Deuxième long-métrage de leur collaboration (après Delicatessen), La cité des enfants perdus s’impose pour ce qu’il est : un chef-d’œuvre. Vivant en pleine mer sur une plateforme en compagnie de ses frères clones, Krank est privé de la faculté de rêver. Afin de palier à ce manque, il enlève de jeunes enfants pour leur voler leurs rêves. Sorte de conte pour enfant virant au... [Lire la suite]
Posté par dubob à 12:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 août 2005

L'homme tranquille

Le duo John Wayne/John Ford n’a pas produit que des westerns, j’en veux pour preuve L’homme tranquille. Quelque part en Irlande, le boxeur américain Sam Thornton (John Wayne) retourne dans son village natal pour s’installer dans la maison de ses ancêtres et s’y marier avec Mary Kate Danaher (Maureen O’Hara). Il lui faudra s’adapter aux mœurs et coutumes locales… Loin de ses grandes épopées, John Ford signe ici une petite comédie sans grande prétention. Bien entendue on reste bouche bée devant tant de niaiserie qui fleure... [Lire la suite]
Posté par dubob à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 août 2005

Léon

Difficile pour moi de parler objectivement de Léon étant donné qu’il constitue à mes yeux le film ultime qu’on choisirait si on ne devait emporter qu’un film sur une île déserte peuplée par de seuls babouins. Mais tant pis, je vais quand même essayer. Avant de devenir le producteur que l’on connaît, Luc Besson était un réalisateur fantastique, enchaînant les films avec une maestria impressionnante et nous donnant des personnages inoubliables comme Leeloo, Nikita et bien entendue Léon. Les films de Besson c’était ça, des... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 août 2005

Casino

Casino est un film à part dans la carrière jalonnée de succès et de chef-d’œuvres de Martin Scorsese. En effet, il semble que pour ce film il se soit contenté de recopier, avec beaucoup de soin cependant, le style qu’il avait développé pour Les affranchis. On retrouve ainsi dans les deux films la même utilisation de la musique, le même procédé narratif, la même construction de l’histoire, et les mêmes acteurs (Robert De Niro et Joe Pesci récidivent). Pourtant, le film est loin d’être mauvais, et sans accéder à un rang de culte... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2005

Eternal sunshine of the spotless mind

Savoir que Charlie Kaufman écrivait une histoire d'amour avais déjà de quoi nous intriguer, mais quand on sait que c'est le géo-trouvetou des FX fait maison Michel Gondry qui est aux commandes et que le rôle principal du film sera tenue par le grand (l'immense) Jim Carrey dans un rôle à contre-emploie ne pouvais que nous...ben nous intriguer encore plus quoi (tiens faudrait que je m'achète un dictionnaire des synonymes un de ces quatre).Le film est un véritable labyrinthe scénaristique d'une cohésion tout bonnement parfaite,... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2005

Le baiser mortel du dragon

Non non ! Avant de me jeter des pierres sachez que j'assume l'entière responsabilité d'aimer ce film (mais ne me retirerais en aucun cas du monde de la cinéphilie). Le baiser mortel du dragon s'impose (sans grande difficultés il est vrai) comme le meilleur film d'action sortie des studios de Europa Corp.On aurait tord de limiter ce film à une grosse production française de plus tant il est, par son traitement, d'une nouveauté...raffraichissante. Le truc c'est que le film navigue entre deux sortes de film d'action, d'un côté... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2005

Le cauchemar de Darwin

A l'inverse de Michael Moore qui se met en scène pour montrer un côté humain de la chose en montrant bien précisément de quel côté il est, Hubert Sauper ne se montre jamais, et surtout ne montre jamais la moindre petite parcelle d'humanité, posant ses questions avec froideur, filmant le plus crade, le plus sale, le plus dérangeant. A aucun moment ne lui viens à l'idée de poser sa caméra, comme lorsqu'il repasse aux amis d'une personne fraîchement tuée toutes les vidéos qu'il a d'elle, filmant sans concession, sans chichi, il... [Lire la suite]
Posté par dubob à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]